Les droits des femmes. Ici et ailleurs.

Les droits des femmes. Ici et ailleurs.

Cela peut vous paraitre étonnant mais la journée des droits des femmes existe depuis plus de 100 ans (bien que l’ONU ne l’ait officialisée qu’en 1977 !!!)

En effet, les premiers rassemblements ont eu lieu le 19 mars 1911 sur proposition de Clara Zetkin, féministe socialiste allemande, qui militait pour le droit de vote des femmes « au même titre que celui des hommes ».

Dès lors, les choses ont changé, pas assez vite j’en conviens mais résolument le 20ème a vu les droits des femmes progresser sous l’impulsion de nombreuses personnalités souvent féminines, parfois masculines. Cela a été des avancées sociétales majeures : Droit de travailler, droit de vote, droit à l’interruption volontaire de grossesse, l’égalité salariale…

Sauf que… ce n’est pas le cas pour tout le monde ! Le monde n’avance pas à la même vitesse et chaque pays, ethnie… en raison de sa religion, de ses coutumes n’a pas la même considération pour les droits des femmes. Et surtout les problématiques rencontrées par celles-ci ne sont pas les mêmes !

Prenons un exemple qui m’est cher, pour moi, chaque femme a le droit de disposer de son corps à sa guise, selon son propre libre arbitre, ses envies, ses désirs…

J’ai récemment tourné avec la sublime OllyPlum qui est tatouée, piercée et surtout scarifiée. Ce sont bien là ses choix de femme libre. On aime, on aime pas. On s’en fiche. C’est elle, elle assume, elle s’assume. Elle a décidé de faire son premier film porno sous ma caméra. Ce fut un honneur pour moi de filmer cette femme sans codes, sans formatage porno atteindre l’orgasme de façon si douce et naturelle. Une fragilité touchante et attachante. Son choix de disposer de son corps et de sa sexualité librement n’a pas plu à tout le monde et dimanche soir on a hacké mon site..Une cyber attaque classique qui n’a pas duré mais qui était dirigée contre OllyPlum contre son choix de participer à mon tournage.. Le fait des représenter des femmes fortes, libres et indépendantes sont des choses qui peuvent rendre fous certaines personnes malveillantes ! Le combat continuera jusqu’à ce que nos choix soient respectés ! Notre sexualité nous appartient !

A l’opposé, dans certains pays, tels que ceux qui seront évoqué ci-après, les femmes ne sont pas libres de disposer de leur corps comme elle le souhaite et souvent ne peuvent plus, par exemple, accéder au plaisir sexuel (NB : désolée pour ces raccourcis très rapides j’en conviens..)

Les chiffres sont consternants… 98% des jeunes filles/femmes somaliennes ont subi des mutilations génitales ou l’excision

Selon l’UNICEF, en Afrique en 2016, 125 millions de jeunes filles touchées… et 30 millions d’autres le seront d’ici 2025 ! C’est immonde !

Alors oui, en cette journée, je veux être militante, féministe, mais pas que pour mon propre clocher. Pas que pour nos sociétés post industrielles et libérales de pays développés.

J’ai une pensée pour ces femmes, sans voix, livrées à elle mêmes, qui subissent des outrages sans nom, qui n’ont pas la possibilité de s’émanciper autant que nous autres.

Mesdames je pense à vous même si je me sens bien démunie pour vous aider.

Il reste du chemin à parcourir ici, mais ailleurs le chemin n’est même pas tracé et le sentier risque d’être bien tortueux…

N’oublions pas que nos droits sont fragiles..A chaque crise ils peuvent être remis en question..Le roman adapté en série télé The Handmaid’s Tale nous rappelle la fragilité de nos droits et que les femmes sont les premières victimes des dérives en tout genre. La frontière est fine entre les réflexions sexistes que l’on considère à tort comme anodines aux plus atroces exactions, viols, excisions..Rien de ce qui n’arrive dans cette série n’est fiction, des femmes aux quatres coins du monde subissent ces atrocités ! Alors n’oublions pas de nous révolter, de vivre, d’aimer qui l’on veut, de jouir de notre corps à notre guise !

 

#womensrightsallovertheworld